Accueil

Restaurant BRIGITTE,

La tradition française au goût du jour…

Bistrot Français traditionnel.
Brigitte ne renie pas ses origines avec son cadre authentique, son comptoir en bois et marbre, ses plafonds anciens, les photos de famille au charme désuet, les objets chinés aux puces, le nappage blanc et sa terrasse avenante. Avec 30 ans d’existence, on peut presque parler d’institution! L’accueil y est chaleureux et plein d’allant.

A la croisée des chemins.
Situé 16 avenue de Villiers, le restaurant «Brigitte» a tout pour séduire la clientèle affairée du midi, mais aussi les familles le soir. Il se loge dans l’est dynamique du XVII° arrondissement, à deux pas des Batignolles et du Parc Monceau. Son nom est un hommage respectueux à la maman d’un des associés de cet établissement.
Le restaurant offre 50 places toute l'année, et une trentaine de plus en terrasse aux beaux jours.
Le midi, un menu à 29 €, présenté à l’ardoise, comprend aux choix, deux entrées, deux plats et deux desserts. À la carte, il faut compter entre 40 € et 60 €.

Une cuisine du marché, traditionnelle avec une pincée de modernité.
Cette cuisine de fabrication maison, est la seule dont on ne se lasse jamais!
De bons produits et des goûts francs: les tomates coeur de boeuf, aubergine tiède et sa burrata sauce au pistou, le tartare d’avocat à la chair de tourteau et sa mayonnaise à la coriandre, ou encore le fond d’artichaut mimosa annoncent les entrées.
Les côtes d’agneau rôties au fromage frais et à la menthe fraîche, noix de ris de veau croustillantes aux girolles fraîches, ou suprême de volaille farci au basilic révèlent les plats. Pour compléter ces saveurs, des haricots verts frais, une purée maison ou un gratin de macaronis accompagnent les plats.
Les suggestions et poissons du jour vous permettront également de varier les plaisirs et sont proposés en nombre tous les jours en plus de la carte.
Enfin, une gaufre de chez Monsieur Paul, un soufflé au chocolat noir valrhona ou un tartare d’ananas frais et son sorbet nous accompagnent aux desserts.

Deux associés pour un nom.
Tanguy Le Gall est âgé de 46 ans.

Il fait ses débuts en cuisine gastronomique à Lille, sous la férule de Ghislaine Arabian. Chez Philippe Groult, à l’Amphyclès de l’avenue des Ternes, il observe le respect du produit et cultive le goût pour sa qualité. Il apprend la maîtrise des recettes, la justesse des cuissons et le raffinement des sauces. À l’Auberge Bressane, avec les frères Dumant, avenue de la Motte Piquet, il développe, pendant cinq ans, en tant que chef, un goût pour une cuisine traditionnelle et reçoit à cette époque son diplôme de « Disciple d’Auguste Escoffier ».
Charles Henri Poisson est âgé de 42 ans.
Il occupe durant 10 ans tous les postes en cuisine dans les Bistrots de Michel Rostand et « autres ex ». Il est fondateur associé du traiteur « les Toques ». À l’Auberge Bressane, il prend goût et révèle ses compétences au service en salle. Son passé de cuisinier lui permet, aujourd’hui, d’expliquer avec justesse la réalisation des
plats ou la subtilité des sauces. Grand amateur de vins, il constitue, dans son rôle de maître d’hôtel et de sommelier, une carte mêlant grands crus et petits vignobles avec un excellent rapport qualité-prix.